la Faïencerie de Gien : Conjuguer le passé au présent

Article mis en ligne par · 11 avril 2018 ·

Depuis sa création il y a 200 ans, la Faïencerie de Gien, la plus grande d’Europe, symbolise le raffinement, le luxe et l’art de vivre à la française. Elle a fait sa renommée en fabriquant les services de table aux armoiries des plus grandes familles de France et d’Europe et… les carreaux du métro parisien en 1930. Rencontre avec sa directrice artistique, Marielle Hénon-Dhuicque.

TABLE & CADEAU – Quelle a été votre première mission au sein de la Faïencerie de Gien ?

MARIELLE HÉNON-DHUICQUE Un an après l’arrivée de Pascal
d’Halluin qui a repris l’entreprise en mai
2014, Marielle Hénon-Dhuicque a pris
la direction artistique de la Faïencerie,
en 2015. Après plusieurs années au
sein de la maison d’édition Sentou où
elle mène différents projets de création
produits, elle suit le déploiement des
collections en arts de la table de la
faïencerie Henriot-Quimper comme
directrice artistique indépendante.

MARIELLE HÉNON-DHUICQUE – C’est avec beaucoup d’émotion et de fierté que j’ai abordé ma mission dans l’une des plus belles maisons du patrimoine français. La marque devait être “dépoussiérée” en douceur, en tenant compte de son histoire et de son patrimoine. Nous devions impérativement capter de nouveaux clients, sans perdre la clientèle actuelle plus traditionnelle. Un véritable challenge car le renouveau passe forcément par la création mais une entreprise de ce type reste toujours en lien avec le passé. La richesse de Gien, c’est sa possibilité de puiser dans ses archives et de les revisiter. Il m’a fallu également prendre en compte les mutations subies par les arts de la table ces dernières années. Nous ne vivons plus les moments à table comme il y a encore dix ans. Nous sommes à présent dans des moments de vie nomades, autour d’un brunch, d’un apéritif dînatoire, d’un tea-time… et plus au quotidien autour d’une table dressée, réservée pour les événements plus festifs.

T&C – Où puisez-vous votre inspiration ?

MHD – À ce poste, je dois avoir la capacité de capter l’air du temps, les tendances. Il faut être curieux de tout car tout est inspiration : la mode, l’art contemporain, le design, le cinéma, les voyages et même la rue ! Il faut être un peu dénicheur de talents aussi. Une expérience que j’ai pu acquérir durant mes 25 années dans ce métier. L’inspiration, je la puise également dans les greniers de la faïencerie, dans les vieux moules, les dessins d’archives… Cette richesse est très inspirante.

T&C – Porcelaine ou faïence ? Quels sont les atouts de chacune ?

MHD – Je ne vous cache pas que j’ai une vraie préférence pour la faïence et je n’ai d’ailleurs jamais eu de porcelaine chez moi ! La faïence est un matériau vivant et chaleureux qui se patine comme un vieux cuir ou un bois noble… La faïence autorise enfin un large nuancier de couleurs vives que ne permet pas la porcelaine. Reconnaissons quand même les atouts de celle-ci qui grâce au verre présent dans sa pâte, est plus solide mais aussi plus froide. Enfin, sa cuisson à haute température permet d’obtenir une finesse et une transparence incomparables.

T&C – En quoi le positionnement de marque française est-il une réelle valeur ajoutée pour la Faïencerie de Gien ?

MHD – Le savoir-faire, le patrimoine et le fait main sont les ingrédients pour un nouveau luxe ; le made in France aussi ! La Faïencerie de Gien est l’une des dernières dont la production est 100 % française sur un territoire – les bords de Loire – très prisé à l’international. C’est un de nos atouts majeurs pour l’export et les étrangers qui lors de leurs voyages dans notre pays peuvent repartir avec un petit bout de cette France de terroirs !

T&C – En quoi le positionnement de marque française est-il une réelle valeur ajoutée pour la Faïencerie de Gien ?

MHD – Le savoir-faire, le patrimoine et le fait main sont les ingrédients pour un nouveau luxe ; le made in France aussi ! La Faïencerie de Gien est l’une des dernières dont la production est 100 % française sur un territoire – les bords de Loire – très prisé à l’international. C’est un de nos atouts majeurs pour l’export et les étrangers qui lors de leurs voyages dans notre pays peuvent repartir avec un petit bout de cette France de terroirs !

T&C – Quels sont les produits qui ont le plus de succès dans votre production ?

MHD – Les gobelets expresso Petits Choux. Leur forme a été étudiée à partir de la tasse à café du célèbre service de table Pont aux Choux au relief grain de riz inspiré de l’argenterie du 18e siècle. Ce gobelet a su s’adapter aux nouveaux modes de vie mais aussi aux nouvelles machines à café. Adieu la soucoupe et l’anse ! Ce modèle existe dans un joli nuancier de quinze couleurs. En raison de son succès, nous l’avons décliné cette année en gobelets à thé, bougies parfumées et photophores.

T&C – Dans quels pays la faïence de Gien s’exporte-t-elle le mieux ?

MHD – Nous exportons dans le monde entier mais les États-Unis se placent en tête, car traditionnellement très attachés aux arts de la table et plus particulièrement à la faïence française et à son histoire. Gien fabriquait les services de table des grandes familles armoriées au 19e siècle. Cela les fait rêver. Notre collection de faïences Prestige entièrement peintes à la main s’exporte particulièrement bien en Russie, aux Émirats arabes et en Asie.

T&C – Avez-vous un projet dont vous souhaitez nous faire part ?

MHD – Actuellement nous réalisons un travail important sur notre image ; les nouvelles collections doivent être mises en scène dans des espaces en cohérence avec la direction que nous souhaitons donner à la marque. En plus de ses boutiques, la marque est présente dans les corners, dans les grands magasins parisiens et à l’étranger, nous leur avons donc donné une nouvelle impulsion dans un esprit plus actuel avec un mobilier en bois naturel et métal noir. Nous avons commencé l’implantation, notamment au BHV Marais en janvier dernier, et à court terme, ce mobilier sera installé dans notre boutique rue Jacob. Ce projet me tient à coeur car les collections Gien se doivent d’avoir un bel écrin !

Propos recueillis par Pierre-Georges Lenthieul

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer